La Princesse de Clèves, roman de Madame de Lafayette (1634-1693)

 

 

Publié en 1678, le roman se déroule au XVIe siècle sous le règne d'Henri II, fils de François Ier. Sa publication fut anonyme car le genre du roman était assez mal vu à cette époque, puis il fut attribué à Madame de La Fayette

L'auteur : Née en 1634 à Paris dans une famille de petite noblesse de l'entourage de Richelieu (sa mère est fille d'un médecin du roi et son père est écuyer du roi), elle sera dame d'honneur de la reine Anne d'Autriche. Elle reçoit une éducation littéraire et fréquentera les salons en vogue. Elle se mariera avec le comte de La Fayette en 1655 et lui donnera deux fils. Elle est amie avec La Rochefoucault, la duchesse d'Orléans ainsi que Marie de Sévigné.

Résumé : Mademoiselle de Chartres vient tout juste, à seize ans, d'arriver à la cour d'Henri II. Cette demoiselle est très vite remarquée par sa beauté sans égale, notamment par le Prince de Clèves et le duc de Guise. Conseillée par sa mère qu'elle admire énormément elle devient Princesse de Clèves. Malheureusement, elle n'éprouve que de l'amitié pour cet homme et tombe amoureuse du duc de Nemours. Cet amour sera réciproque mais la jeune fille, attachée aux valeurs que lui a transmises sa mère, est très vertueuse et respectueuse de son mari, elle n'assume absolument pas ce sentiment. Mais la présence fréquente de Monsieur de Nemours ne lui permettra pas d'oublier ce sentiment et elle en souffrira beaucoup. Cette passion infernale tuera sa mère et son mari. Une fois libre, elle ne cédera toujours pas à ses sentiments et se retirera dans un couvent, au grand désespoir de Monsieur de Nemours.

Portrait de la Princesse de Clèves : Le personnage principal du roman est le parfait symbole de la sincérité et de la vertu. Sa mère l'a élevée selon de rigoureuses règles morales. La Princesse est très proche de sa mère, qu'elle admire et qu'elle craint à la fois. Elle va lui demander conseil concernant sa passion et suivra ses recommandations , conformes à la morale et aux bienséances. Elle prouvera sa sincérité en avouant à son mari la passion qu'elle éprouve pour le duc de Nemours. Passion destructrice puisqu'elle causera la mort de sa mère puis celle du Prince. Enfin, elle prouvera sa vertu lorsqu'après la mort de son mari, elle refusera les avances de Nemours et s'éloignera de la vie de cour afin de ne plus souffrir de sa passion. On peut également voir cela comme une émancipation : elle se refuse à être victime de sa passion, à être soumise à ses sentiments.

Analyse rapide : Ce roman est considéré comme le premier roman d'analyse psychologique. En effet, il se consacre essentiellement à l'exploration des sentiments des personnages (ceux de la Princesse de Clèves, de son mari et du duc de Nemours), des sentiments d'amour, de vertu, de désir, de renoncement. L'amour est omniprésent dans le roman. En effet, tous les personnages sont amoureux ou courtisés. La vision qui s'en dégage est celle de la Préciosité : l'amour conduit inévitablement à la souffrance même s'il peut contenir du bonheur. La jalousie apparaît ici comme une des horreurs de la passion, une marque de folie. Le roman a également des vertus historiques : présentation de la cour d'Henri II, habitudes de la cour.

Avis personnel : Madame de La Fayette parvient autant à nous faire comprendre autant la complexité de la cour que la complexité des sentiments amoureux. On admire le courage de la Princesse de Clèves qui fera tout pour garder ses valeurs intactes. Malgré tout, on est un peu sceptique devant les raisons qui la poussent à refuser l'amour de Nemours malgré sa liberté. Même si l'amour fait souffrir n'est-il pas préférable à l'ennui ? Et puis, ne l'ayant jamais vécu réellement on ne peut prétendre le connaître...

Citations :

"Les paroles les plus obscures d'un homme qui plaît donnent plus d'agitation que des déclarations ouvertes d'un homme qui ne plaît pas."

"Il y a des personnes à qui on n'ose donner d'autres marques de la passion qu'on a pour elles que par les choses qui ne les regardent point ; et n'osant leur faire paraître qu'on les aime, on voudrait au moins qu'elles vissent que l'on ne veut être aimé de personne." 


Source:  http://www.intellego.fr/soutien-scolaire--/aide-scolaire-francais/madame-de-la-fayette--la-princesse-de-cleves-
 

 

 Data ultima modifica: domenica 08 gennaio 2017                                                  Copyright ©  Did@tticanda  2001                Engineered and powered by Stefano Maria Demuro